Gérer ses émotions : Découvrir son Quotient Émotionnel

Gérer ses émotions : Découvrir son Quotient Émotionnel

Salut Salut,

Cette semaine, je souhaite aborder un sujet très très vaste pour lequel un seul article ne suffirait pas : Les Émotions. Elles nous suivent depuis notre naissance et bien souvent, elles sont un véritable fardeau dans notre quotidien. Pourtant, elles nous sauvent la vie au moins une fois par jour sans même s’en rendre compte. Comment ? Je te propose aujourd’hui d’explorer ce monde fascinant des émotions en faisant le point sur tes propres émotions grâce au Quotient Émotionnel.

Prêt.e ? C’est parti !

Découvrir le Quotient Émotionnel

Une histoire d’émotions

« L’Émotion est ce moment où l’acier rencontre une pierre et en fait jaillir une étincelle car l’émotion est la source principale de toute prise de conscience. Point de passage de l’obscurité à la lumière, ni de l’inertie au mouvement sans émotion »

Carl Gustav Jung

On ne peut pas parler de Quotient Émotionnel sans parler d’abord d’émotions ! Mais qu’est-ce qu’une émotion ? Un truc galère qui ne sert à rien ? Pas tout à fait !

C’est plutôt une réaction psychologique et physiologique causée par un stimulus interne ou externe. Bon ok, c’est un peu barbare comme définition. Étymologiquement, une émotion sert à te mettre en mouvement (movere, en latin). Imagine-toi il y a environ 2,5 million d’années, tu commences à fabriquer tes premiers outils au grand air. Quand, tout à coup, un tigre à dents de sabre commence à te courir après. À ce moment précis, tu as ton stimulus. Par peur, tu commences à te mettre en mouvement car tu n’as pas envie de finir dans l’estomac de ce gros chat. Tu tiens à ta vie.

C’est exactement le même procédé aujourd’hui pour toute nos émotions. On va se retrouver devant un stimulus qui va nous faire bouger pour notre « survie ». Je suis d’accord, aujourd’hui, on ne risque pas de mourir à chaque stimulus. Toutefois, c’est une empreinte inscrite depuis des millions d’années dans notre cerveau, alors chacune de nos réactions aura pour objectif de répondre à un besoin vital. Donc bonne nouvelle : C’est émotions veulent te garder en vie !

Autre bonne nouvelle : les émotions sont universelles. Tout le monde en a. Peu importe notre âge, notre nationalité, nos croyances ! De plus, ces émotions nous accompagnent au quotidien, c’est un flux constant. Depuis que tu as commencé à lire cet article, tu as sans doute éprouvé une bonne dizaine d’émotions. Consciemment ou non ! 😉

Pour faciliter les choses, l’anthropologue et psychologue Paul Ekman a répertorié, dans les années 70, 6 émotions de base que chaque être humain sur cette planète est en mesure d’identifier :

  • Joie
  • Tristesse
  • Colère
  • Peur
  • Surprise
  • Dégoût

Quotient Émotionnel VS Quotient Intellectuel

Quand on parle d’intelligence, tout de suite on pense au QI (Quotient Intellectuel). C’est normal. Pendant des années, on a cru (et on le croit encore beaucoup) que l’intelligence se limitait à l’aptitude d’un individu à répondre correctement à des tests psychométriques.

Fort heureusement, le Monde évolue et les mœurs aussi ! Ainsi, grâce aux travaux de nombreux.ses psychologues comme Peter Salovey, John Meyer, Reuven Bar-On, Élisabeth Couzon ou encore Daniel Goleman (Non, il n’est pas un parent de notre Cher Jean-Jacques GolDman), nous entendons de plus en plus aujourd’hui la mise en avant d’une autre forme d’intelligence : L’Intelligence Émotionnelle.

Le quotient nous sert alors à mesurer les compétences de cette Intelligence émotionnelle, à savoir : La conscience émotionnelle, l’expression émotionnelle, la compréhension émotionnelle, la maîtrise émotionnelle, l’utilisation émotionnelle, l’équilibre et l’harmonie émotionnelle. (Nous y reviendrons un peu plus loin dans l’article.)

Tu n’as pas encore entendu parler de l’Intelligence Émotionnelle ? Ça ne serait tarder car sache que depuis plusieurs années, l’Intelligence Émotionnelle fait partie des 10 plus grands Soft Skills (=compétences humaines) recherchés par les entreprises comme nous le confirment Forbes, LinkedIn, ou encore Randstad. Ça nous donne une très bonne raison d’en apprendre un peu plus sur cette compétence en or.

Tu souhaites encore plus de bonnes raisons ? En voici d’autres :

L’utilité du Quotient Émotionnel

Connaître son Quotient Émotionnel va tout d’abord de permettre de faire un bilan, un diagnostic sur ton Intelligence Émotionnelle d’aujourd’hui.

Tu as peur du score que tu vas avoir ? Pas de panique ! Contrairement au QI qui sera relativement stable toute ta vie, le QE est bien plus variable selon ton bon vouloir. Tel un muscle, tu vas pouvoir développer ton Intelligence Émotionnelle si tu le souhaites ou au contraire, rester dans ton canapé et ne rien faire.

Mais alors, quels sont les bénéfices à avoir un Quotient Émotionnel élevé ?

  • Une meilleure connaissance et compréhension de soi. Ça tombe bien, c’est le thème de ce blog !
  • Développer sa relation aux autres en communiquant plus facilement
  • Booster son système immunitaire. Oui, oui ! En développant ton Intelligence Émotionnelle, tu auras une meilleure gestion de ton stress, et un meilleur pouvoir sur ces émotions qui plombent ton quotidien. Moins de stress = Plus de bien-être = Meilleure santé.
  • Prendre de meilleures décisions dans ta vie personnelle et professionnelle. Adieu les prises de décisions sur le coup des émotions !
  • Un autre bénéfice et pas des moindres : Développer sa confiance et son estime de soi !

Tu viens de voir quelques exemples seulement des bénéfices à avoir un Quotient Émotionnel élevé. Bien sûr, cette liste est non-exhaustive.

Calculer son Quotient Émotionnel

Pour cette partie, je te propose directement le test créé par la psychologue Élisabeth Couzon qui a étudié pendant des années les émotions.

Auto-évaluation

But du jeu : Pour chacune de ces phrases, il s’agit d’attribuer un score entre 1 et 6 en fonction de ce que tu es vraiment et non ce que tu voudrais être.

1 : Presque jamais ; : Rarement ; : Quelquefois ; : Assez souvent ; : Très souvent ; : Presque toujours.

1. Pendant mes activités, je suis conscient de ma respiration1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
2. Lorsque quelqu’un ne se sent pas bien, je m’en rends compte tout de suite même s’il ne me le dit pas.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
3. Quand quelque chose ne me convient pas, je suis capable de le dire.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
4. Les personnes qui m’entourent viennent facilement se confier et me parler de ce qu’ils ressentent.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
5. Je sais identifier le déclencheur d’une émotion.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
6. Je sais identifier ce que les autres ressentent.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
7. Face à quelqu’un qui m’agresse, je cherche à comprendre ce qui se passe.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
8. Dans mes relations personnelles et professionnelles, je m’adapte facilement aux émotions des autres.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
9. J’arrive facilement à canaliser mes émotions et les orienter vers des choses constructives pour moi et les autres.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
10. Lorsque je ne suis pas du même avis que quelqu’un d’autre, je suis capable de le lui dire sans affrontement.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
11. Quand j’ai une critique à adresser à quelqu’un et que je sais qu’il peut réagir émotionnellement, je trouve facilement une façon de lui présenter la chose.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
12. Je suis optimiste et je positive, quoi qu’il m’arrive.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
13. Quand mes collègues, mes enfants, mes amis ou mon conjoint ont réalisé quelque chose, je les félicite.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
14. Quand quelque chose m’arrive, j’identifie clairement l’émotion que j’éprouve : peur, colère, tristesse, joie, dégoût, surprise, etc.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
15. Je perçois facilement les émotions des autres dans le cadre de mes relations professionnelles ou personnelles.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
16. Je parle franchement de moi et de mes émotions.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
17. Lors d’échanges, j’arrive facilement à aider les autres à exprimer leurs émotions et sentiments.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
18. Quand je ne me sens pas bien, je sais très vite pourquoi.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
19. Quand quelqu’un me parle de ses émotions, je comprends rapidement ce qui lui arrive.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
20. Quand les choses ne vont pas bien, je suis capable de supporter la frustration.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
21. Quand quelqu’un me confie ses problèmes et ses émotions, j’arrive bien à l’aider à mieux gérer la situation.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
22. Mes émotions sont comme un radar, elles me guident dans ma vie et je me fie à ce que je ressens.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
23. Lorsque je suis en conflit, je cherche à résoudre ce qui m’oppose à l’autre.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
24. Face à deux personnes en conflit, j’arrive facilement à les aider à le résoudre.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
25. Devant mes erreurs, je suis capable de relativiser et d’en tirer la leçon.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
26. Je sais créer une ambiance chaleureuse.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
27. Je repère facilement les modifications physiologiques (respiration, rythme cardiaque, tension musculaire), précurseurs d’une émotion.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
28. Je repère facilement l’émotion des autres : sa tristesse, sa peur, sa colère, sa joie, sa surprise, son dégoût.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
29. Dans mes relations professionnelles et familiales, je parle volontiers de ce que je ressens.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
30. Lors des discussions, je porte une attention particulière aux émotions que l’autre exprime.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
31. Je sais facilement pourquoi je ressens telle ou telle émotion.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
32. Je sais facilement pourquoi une personne est triste, contrarié, en colère ou a peur.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
33. Dans les situations à haut risque émotionnel, je sais que je vais pouvoir me contrôler.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
34. Face à une émotion forte d’autrui, je garde mon calme et je contrôle la situation.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
35. Je réalise les buts et objectifs que je me fixe.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
36. Quand j’ai réussi quelque chose, je suis capable de me féliciter.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
37. J’écoute les autres avec empathie.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
38. Lorsqu’un événement m’affecte, je sais tout de suite ce qui ne va pas.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
39. Lors d’un échange verbal, je repère facilement les signes non verbaux (ton de la voix, geste, expression du visage, respiration) qui laissent paraître une émotion.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
40. Quand quelque chose m’inquiète, me contrarie ou me rend triste, je suis capable d’en parler.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
41. Lorsque je parle avec quelqu’un et que je me rends compte qu’il ne se sent pas bien, je parviens à lui faire expliquer ce qui ne va pas.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
42. Lorsqu’une personne fait quelque chose qui me dérange au cours d’une discussion ou d’une activité, je comprends rapidement mes réactions.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
43. Lorsque j’assiste à une scène où une personne réagit émotionnellement, je comprends facilement ce qui l’a fait réagir.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
44. Lorsque quelqu’un me pousse à réagir, je suis capable de garder mon calme.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
45. Si, lors d’un échange, je dis quelque chose qui fait réagir l’autre, je suis capable de redresser la situation.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
46. Je sais dire non et mettre mes limites.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
47. Je suis capable d’écouter mes besoins, de supporter la frustration et de différer un plaisir.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6
48. Lorsque je suis en groupe, je sais comment m’y prendre pour motiver les autres et stimuler leur coopération.1 . 2 . 3 . 4 . 5 .6

Grille de dépouillement

Pour cette prochaine étape, il s’agit d’attribuer le score de chaque question au bon endroit dans le tableau. Par exemple, si ta note à la question n°1 est 6, alors reporte ce chiffre au bon endroit. Ici, il s’agit de la ligne « Conscience émotionnelle », dans la colonne « soi ».

Comme tu le découvres ici, cet exercice est très intéressant puisqu’il fait la distinction entre les compétences émotionnelles par rapport à soi-même (Niveau intrapersonnel) mais aussi dans la relation aux autres (Niveau interpersonel).

Diagramme de compétences émotionnelles

Dans cette partie, le but du jeu est d’indiquer le score obtenu pour chacune des 6 compétences émotionnelles. Avec une première couleur, tu auras une première forme qui représentera le Quotient Émotionnel par rapport à soi et avec une seconde couleur, une deuxième forme qui représentera ton Quotient Émotionnel dans la relation à l’autre.

Que penses-tu de ton graphique ? Comment te sens-tu par rapport à ça ?

Pour aller plus loin

Et maintenant ? Oui, parce que c’est sympa d’avoir son propre graphique mais je doute que tu veuilles l’accrocher dans ton salon. Ce que je te propose, c’est d’aller plus loin dans la réflexion.

IMPORTANT : Tu n’es pas content.e de ton résultat ? Pas de panique ! Comme nous l’avons vu plus haut, le Quotient Émotionnel peut varier. Mais cela dépend de toi et seulement de toi…

Tu souhaites aller plus loin, voici quelques pistes de réflexion :

  • Je te propose de prendre 2 autres couleurs et de t’attribuer (sur le même graphique ou sur un nouveau) les scores que tu aimerais avoir dans un futur plus ou moins proche (à toi de déterminer la date).
  • Quelles sont tes motivations à faire évoluer ces scores ?
  • Regarde tes 2 premières formes (ton QE d’aujourd’hui) et tes autres formes (le QE que tu désires). Quelles sont les compétences à développer ?
  • Comment vas-tu t’y prendre pour développer ce Quotient Émotionnel ? Quelle(s) action(s) concrète(s) vas-tu mettre en place ?

Ma synthèse

Comme d’habitude, je teste moi-même les exercices que je te propose. Voici mon graphique qui représente la synthèse de mes résultats :

J’ai obtenu un Quotient Émotionnel total de 228, dont 104 au niveau intrapersonnel et 124 au niveau interpersonnel.

Je suis très content de ce score car, pour tout te dire, j’avais eu l’opportunité de faire cet exercice en octobre 2019 et j’avais eu un score global de 163 ! Ce qui te prouve bien que le Quotient Émotionnel est variable avec le temps à 1 condition : le vouloir !

 À l’époque, les émotions étaient pour moi un tout autre monde. Je n’étais pas ouvert dessus car j’avais peur de ce que j’allais y découvrir. Avec un peu de courage, de la volonté et de la persévérance, j’ai travaillé avec mes émotions, je les ai décortiquées, j’ai commencé à les comprendre et le plus important : j’ai commencé à faire la paix avec elles.

Depuis, mon regard a complètement changé sur ce que je ressens, sur ce que les autres ressentent. J’ai commencé à prendre plus confiance en moi, j’ai vu mes relations aux autres s’améliorer, je suis plus aligné avec moi-même, ce qui me rend aujourd’hui bien plus épanoui dans ma vie.

Comme tu viens de le voir, nos émotions cachent un réel pouvoir que nous pouvons utiliser à chaque instant dans notre vie. En ayant fait ton propre check-up grâce au Quotient Émotionnel, tu es maintenant en mesure de prendre des décisions pour améliorer ta santé, augmenter ta confiance et ton estime de soi, prendre de meilleures décisions sur ta vie personnelle et professionnelle mais aussi d’améliorer ta relation aux autres. Et toi, quelles sont les prochaines compétences que tu souhaites développer ? N’hésite pas à les partager dans les commentaires 😉

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à le partager sur les réseaux. Cela m’aidera à développer le blog et tu aideras aussi d’autres personnes à faire un pas de plus vers la connaissance de soi.

À la semaine prochaine pour un prochain article !

Peace ⭐

Quentin

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire